+41 77 449 81 55   info@uvam.ch  UVAM, 1000 Lausanne, Vaud, CH
TRIBUNE LIBRE

Hamza Braiki

03 mai 2021

Aucun commentaire

Accueil Newsletter

TRIBUNE LIBRE

Un Ramadan profitable, acte 1

Voici venue la période que nos cœurs attendent, que nos égos redoutent. Le mois de Ramadan s’est présenté sur le pas de nos portes. S’il est souvent attendu comme porteur d’une atmosphère de paix, et de piété, il est parfois redouté pour les difficultés, le sacrifice qui l’accompagne. Ensemble, nous allons préparer nos âmes, aiguiser nos armes pour vivre pleinement le mois de Ramadan.

Tout d’abord nous porterons à réfléchir, comme pour honorer nos cerveaux, mais surtout pour fortifier notre mental. Ensuite, nous verrons comment mieux le pratiquer. Enfin, nous nous engagerons dans un perfectionnement ramadanesque, pour le redécouvrir et en faire un tremplin de la foi.

1. Accueillir le Ramadan comme une miséricorde

Nombreux sont ceux qui perçoivent l’arrivée du Ramadan avec une certaine appréhension, si ce n’est une crainte. Il faudra ajouter à des journées déjà mouvementées, un « handicap » physique et mental.

Concentrons-nous, et revenons vers la nature de notre relation avec Dieu… Finalement, ce Dieu de miséricorde ne souhaite que notre bien ! Notre salut n’est-il pas lié à l’entretien de cette relation de clémence entre le serviteur et son Seigneur ? Tout à fait ! Il est donc important de ne pas se sentir « puni » ou « privé », mais bien au contraire, sous l’ombre d’amour de Dieu. Le jeûneur, par cet état d’esprit, emballe son offrande de la plus belle des façons.

2. Dans la continuité

L’histoire est essentielle. Pas uniquement pour déterrer des vestiges, mais également pour appréhender l’avenir armé de l’expérience, du vécu, de la sagesse des anciens. Dans les versets du Ramadan (s2, v183-189), Dieu introduit le sujet en nous rappelant que ce défi, cette recette gagnante, est finalement dans le carnet de bord de la piété depuis toujours. Pour s’élever, se délester de ses nécessités et entamer une ascension fulgurante vers Dieu, les serviteurs de Dieu étaient prompts à jeûner. Nous avons quelques exemples : le jeûne silencieux de Zacharia et Maryam, paix sur eux, l’alternance choisie par David ou, encore en pratique les privations du jour de sabat pour la communauté israélite. Et ce cycle se poursuivra jusqu’à la fin des temps. Donc, soyons parmi la chaîne, l’un des maillons les plus solides.

3. L’alternance des peines et des joies

« Comment pouvez-vous renier Dieu alors qu’Il vous a donné la vie, quand vous en étiez privés ? Puis Il vous fera mourir ; puis Il vous fera revivre et enfin c’est à Lui que vous retournerez. » (s2, v28). La vie est une succession de peines et de joies, qui se termine, si Dieu l’agréé, par un bonheur éternel. Le jeûne de Ramadan en est un modèle réduit finalement. Au cours d’une journée, nous laissons de côté les délices, même autorisés, pour mieux se souvenir, s’angéliser. Tandis que la soif assèche nos palais et que nos estomacs s’atrophient, le temps s’écoule et endurcit l’épreuve. Mais plus l’on avance dans la journée, plus le cœur s’allège, et plus proche de Dieu nous nous sentons. C’est un choix, vaincre la difficulté frontalement pour que notre s’âme s’élance vers Dieu.

4. Dans le temps

Nous vivons dans une époque accélérée, dans laquelle le temps semble devoir s’aligner sur des années d’études, de carrière, de renouvèlement de smartphone, ou encore d’argent gagné. Le Ramadan nous offre un instant de réflexion sur ces années traversées. Le Ramadan, c’est un coup d’œil dans le rétroviseur, un bilan. D’ailleurs, le Prophète saisissait cette occasion pour revenir sur le Coran, le reviser. Au-delà des cheveux gris qui apparaissent, de la famille qui s’agrandit ou de l’apparente évolution de carrière, il est temps de se questionner sur l’état de notre courbe imanique… Les fruits sont-ils si digestes ? Ne dois-je pas entretenir davantage mon verger ? Suis-je prêt à rencontrer mon Seigneur ? Ce soir ?

Un Ramadan profitable, acte 2

Nous avons vu précédemment, comment se mettre dans des conditions mentales optimales pour « savourer » le mois de Ramadan. Joignant les actes aux intentions pour cette suite.

1. En forme !

Instinctivement, lorsque l’on pense Ramadan, il y a le corps qui vient avec, ses appels à l’aide que l’on canalise, cette fatigue que l’on oublie… C’est que le corps au même titre que le cœur subit un chantier de rénovation, le métabolisme retrouve alors son équilibre. Mais, il ne s’agit pas d’attendre le 1er jour fatidique pour « choquer » notre corps. Voici quelques conseils qui permettront d’accueillir dignement le jeûne. Pour commencer, il est important de réduire les apports énergétiques, et pourquoi pas, en profiter pour équilibrer son alimentation. Moins de sucres, de sel, de gras, de pain, de viande, de soda. Plus de fruits, de légumes, d’eau, de poisson. Accompagné par une réduction du grignotage entre les repas, une résistance aux envies de l’égo, les effets seront très vite ressentis inch Allah. Grâce à de bonnes habitudes prises en amont du Ramadan, ce ne sera finalement qu’un jour comme les autres au niveau ressenti physique…

En plus de l’apport d’énergie à réduire, il faut préparer notre corps à un meilleur rendement. C’est-à-dire à être capable de fournir le même travail, voire davantage, en consommant un minimum d’énergie. Vous allez finalement agir comme les motoristes de votre propre corps en ajustant sa cartographie de fonctionnement, par la permission de Dieu. Compléter cela en vous levant de temps en temps légèrement avant le fajr, pour y accomplir quelques raka’a. Enfin, couchez-vous raisonnablement afin de faire de votre horloge interne, votre plus fidèle alliée.

2. Prépare L’Emploi du temps

Un jour du Ramadan est un jour gagnant. Les actions sont bonifiées, et face à la bourse des cœurs, les transactions les échanges fraternels confortent le croyant. Et Dieu a valorisé chaque moment de ces saintes journées : à l’aurore, te voilà déjà énergique, fier d’affronter la peine et de forger ton mental ; à la mi-journée, tu es là, tu es droit, et tu poursuis avec le sourire, en pensant à Dieu plus intensément ; et la nuit, dans une ambiance unanime de reconnaissance, de joie, tu y trouves ta place, ton rang.

Alors, sois le maitre de ton temps qui s’écoule lors de ces merveilleuses journées. Ne sois pas passif, ne meuble pas inutilement, mais structure, alterne, élance-toi. Édite un « to-do list » : un chapitre de la vie du Prophète par jour, une leçon de vie, un poème (;)), 5 pages de Coran, 30 min de sport… et déconnecte-toi… de Facebook et autre pour mieux de synchroniser à l’essentiel.

Sois parmi ses croyants visionnaires et productifs, assoiffés de performances et qui finalement restent immobiles imprégné lors de leurs prières, de leurs veillées. Ainsi, tu incarneras la rigueur germanique, l’excellence japonaise, l’émotion africaine et la volonté américaine, prompt à dominer ton égo et le monde…

2. Résolutions

Revivre un Ramadan, c’est revoir un printemps, c’est redécouvrir les fleurs odorantes et les bourgeons de nouvelles branches, avant l’arrivée promise des fruits. Mais c’est un résultat inattendu… Quel paysan peut s’engager sur le calibre de ses pommes ou la qualité de son maïs ? Et les intempéries, les épreuves, les insectes nuisibles, comparables aux faiblesses inutiles… Alors, jeune paysan, à toi de préparer le terreau et de planifier ta surface cultivable, les essences que tu sèmeras et, pourquoi pas, laisser la nature, ta saine Fitra, rééquilibrer ton égo-système, à la façon d’un homme de Dieu… Prends une voie, prends Dieu comme témoin de tes résolutions, ne laisse pas s’échapper cette chance de résoudre avec le moindre effort l’équation qui t’empêche de foncer. Alors, promets-toi d’attendre des objectifs : une compétence à acquérir, un résultat à obtenir, une famille à fonder… et donne-toi les moyens pour y parvenir. Rdv l’an prochain inch Allah pour mesurer tes progrès.

Let’s go for a fresh start! (élançons-nous vers un nouveau départ !)

Show Buttons
Hide Buttons